retrospective

Hypothèse de départ

Basée à Châlons-en-Champagne, fondée en 2001, la compagnie est réunie par un metteur en scène, Christine Berg, actrice de formation, dirigeant des ateliers de formation. La compagnie est une compagnie… : acteurs, musiciens, éclairagiste, administratrice, directeur de production sont réunis autour d’un projet.
Certains acteurs ont été formés dans les Classes de la Comédie de Reims où Christine Berg enseigne. Un premier principe se dégage là : celui d’engager les acteurs que l’on a formés. Un second principe, découlant au demeurant du premier, sera celui de la fidélité dans les rencontres et les collaborations. La durée est nécessaire pour inscrire un travail sur un territoire.
Pour autant, cette fidélité ne doit pas exclure les nouvelles rencontres et une volonté se dégage là aussi d’introduire à chaque spectacle un acteur ou un créateur nouveau venu.
Un troisième principe, dramaturgique celui-là, est l’intérêt porté aux textes contemporains et aux auteurs vivants. Les compagnies, malgré la précarité dans laquelle elles vivent, sont encore un endroit de résistance dans la création contemporaine. Ce principe, malgré tout, ne sera pas exclusif. Se laisser la liberté de.
Un quatrième principe préside également à la création de cette compagnie : l’intérêt porté à la pédagogie du théâtre, à tout ce qui concerne la formation. Ceci étant entendu comme un véritable lieu de recherche et de création, cet endroit où comme le dit Deleuze « On n’enseigne bien que ce qu’on cherche. »

200120022003200420052006200720082009201020112012201320142015201620172018201920202021202220232024

Année 2022

Si nous accusons encore le contre coup de l’arrêt infligé par le Covid, la compagnie a pu rester vaillante en parvenant à créer son spectacle Rodogune de Corneille en résidence de coproduction au Grand Théâtre de Calais.  Ce théâtre reste un partenaire fidèle pour la prochaine création 23 et nous nous en réjouissons.

De même, la reprise, en pleine épidémie, de Hinkemann, l’Allemand d’après Ernst Toller (notre création 21) au Théâtre de la Madeleine de Troyes, nous a permis de nouer le contact avec sa directrice qui programme Rodogune en janvier 23.

Autrement dit, dans la pénurie de représentations que nous avons subie, les contacts préservés ont été fructueux et porteurs d’avenir. C’est bien tout ce qu’on demande aujourd’hui.

Dans le même ordre d’idée, notre résidence à Châlons-en-Champagne autour de la Salle Rive Gauche s’est étoffée et, grâce à un conventionnement triennal renouvelé et augmenté avec la Ville, nous avons de véritables perspectives.

De même à Reims, où la Ville nous soutient dans nos projets de créations, nous développons notre activité d’enseignement spécialisé auprès des élèves de lycées et du Conservatoire, attentifs que nous serons toujours aux jeunes pépites que ce territoire révèle. Idem à l’ESNAM de Charleville-Mézières où la 13ème promotion est prometteuse.

Notre Projet Artistique de Territoire, en conventionnement triennal avec la Région Grand Est, a été prolongé en 22 et nous bâtissons la prochaine demande pour 23/24/25.

Celle-ci s’articulera autour de nos espaces et partenaires fétiches : Châlons-en-Champagne, Reims, Calais.

Ce Projet Artistique est celui d’une compagnie inscrite durablement dans ses territoires, reconnue comme une ressource dans le domaine de l’initiation et de la formation au théâtre.

C’est celui d’une compagnie créative, à la recherche de nouveaux auteurs, à la recherche de nouveaux acteurs qui composent une identité à la fois reconnaissable et toujours en mouvement.

C’est celui d’une compagnie qui tient un cap.

C’est celui d’une compagnie qui innove et invente : le projet Jeunes Talents à Reims enthousiasme la Ville et nous invitera tous à découvrir les jeunes artistes de demain, ceux qui innoveront à leur tour.

Nous avons beaucoup à faire afin de reconstruire les liens avec nos publics que 2 années d’interruptions ont abîmés. Masi nous avons la foi chevillée au corps.

Et aujourd’hui, plus que jamais, l’énergie de le faire.

Alors que vive 2023, nous l’attendons avec impatience et il nous sourit.

Je préfère l’avenir au passé car c’est là que j’ai décidé de vivre le restant de mes jours (Victor Hugo)

En avant.

Année 2021

Cette année fut encore très amputée par les restrictions sanitaires mais nous fûmes vaillants, soutenus par nos tutelles, par les spectateurs et par nos partenaires ! Nous avons donc pu créer Béla Bartok, un esprit libre avec l’Ensemble Instrumental de Champagne, reprendre Hinkemann, L’Allemand de Ernst Toller, commencer à répéter la création 22 et assurer nos heures d’enseignement et d’ateliers auprès d’élèves impatients de nous voir et tellement heureux de faire du théâtre. Comme nous.

Année 2020

L’année 2020 est une catastrophe : dates annulées, reportées, milieu scolaire en souffrance…et notre désespérance à nous.
Néanmoins, une chose aura illuminé cette année tristement historique pour tous : nous avons pu réaliser notre spectacle Hinkemann, l’Allemand d’après Ernst Toller à Revin en octobre, avec une concentration et une joie exceptionnelles. Le soutien des Villes, de la Région et de l’Etat a été décisif également pour nous permettre de tenir. Et ce qui nous tient, c’est tout ce que nous ferons en 2021.

 

Année 2019

La création de cette année est musicale : Berlioz, Mémoires est une lecture- concert avec le tout jeune Ensemble Instrumental de Champagne. 15 musiciens et 2 acteurs afin de raconter la vie tourmentée de ce précurseur de la musique + une symphonie en direct Harold en Italie, et nous jouons à Revin, à Reims, à Vitry-le-François… tandis que Tchekhov continue sa tournée en Grand Est. Nos ateliers de formation pour jeunes et adultes à Châlons-en-Champagne battent leur plein; l’enseignement au Conservatoire de Reims et en option de spécialité aussi. La Région Grand Est nous a conventionnés cette année et jusqu’en 21 pour un Projet Artistique de Territoire et il nous va bien.

Année 2018

Nous avons créé en octobre Trois pièces en un acte de Tchekhov au Grand Théâtre de Calais puis à l’Espace Jean Vilar de Revin et à la Salle Rive Gauche de Châlons-en-Champagne, nos partenaires fidèles, avec lesquels nous cultivons action culturelle, ateliers de sensibilisation, développement des publics.
Ce spectacle, très bien accueilli, poursuivra sa tournée en 19/20. Une petite forme musicale a également vu le jour : Monsieur Croche de Debussy d’après son journal, en version symphonique avec l’orchestre rémois Euphony. Se poursuivent également nos actions de formations et d’enseignement, à Reims au Conservatoire, à Châlons sous forme d’ateliers jeunes et adultes, à Revin pour toutes les écoles, le collège et le lycée. Une vie de compagnie bien remplie…

 

Année 2017

Un nouveau partenaire soutient le travail de la compagnie : le Grand Théâtre de Calais. Après y avoir présenté L’Illusion comique et Le Mal court, nous y créons en octobre 17 Antigone de Sophocle qui réalisera une première exploitation en 17/18 dans le Grand Est. L’Espace Jean Vilar de Revin nous accueille toujours avec confiance et, outre nos créations, nous y développons notre présence dans la cité (lycée, collège, écoles…)
Par ailleurs, à Châlons-en-Champagne et en collaboration avec Furies/L’Entre-Sort, nous investissons la Salle Rive Gauche avec des stages, ateliers de formation, petites et grandes formes de spectacles…projet appelé à grandir en 18 et au-delà.

Année 2016

Cette année voit se développer la belle première exploitation de L’Illusion comique en région et au-delà ; une série de 10 représentations à la Comédie de Reims en particulier nous permet d’accueillir 2 100 spectateurs…Le bon accueil public et professionnel se confirme au Festival d’Avignon, Caserne des Pompiers avec l’aide de la Région Grand Est. La résidence à l’Espace Jean Vilar de Revin entre dans sa sixième année avec bonheur et nous voit créer en septembre Le Mal court de Jacques Audiberti tout en poursuivant nos projets d’initiation culturelle et artistique. C’est pour la compagnie la dernière année du conventionnement DRAC mais un conventionnement avec la Ville de Châlons-en-Champagne nous conforte sur notre territoire. Et d’autres beaux projets s’annoncent…

Année 2015

Toujours en résidence à l’Espace Jean Vilar de Revin, la compagnie y poursuit son projet de développement des publics (sensibilisation, interventions dans les écoles, le lycée, l’école de musique…) Cette résidence est un bonheur pour nous (confiance, construction d’un projet, accompagnement artistique) La création de l’année est une grande œuvre mythique : L’Illusion comique de Corneille dont la tournée, déjà 29 dates en pré-achat, se développe sur 2016. Les projets d’enseignement avancent bien également : Christine Berg est Référent de la Classe de la Comédie de Reims qui devient le Cycle à Orientation Professionnelle du Conservatoire.

Année 2014

Année singulière pour la compagnie à bien des égards : la création d’une œuvre géniale et folle, Peer Gynt d’Henrik Ibsen en coproduction avec l’Espace Jean Vilar de Revin et la Comédie de Reims, partenaires fidèles. Ce spectacle, créé à Revin, joue durant 5 semaines au Théâtre de la Tempête à Paris ! Evénement inédit pour la compagnie que cette exploitation parisienne longue qui nous permet de faire de belles rencontres et de ramener un dossier de presse flatteur. Par ailleurs, de belles tournées nationales de Cabaret Devos et Hernani ont rempli la saison tandis que la résidence à Revin prend sa vitesse de croisière et que les projets d’enseignement se développent…

 

Année 2013

Cette année nous voit déployer nos forces à Revin où notre résidence nous permet de créer Cabaret Raymond Devos qui, après une série à la Comédie de Reims, commence une tournée fournie dans les petits lieux de théâtre. Les projets d’enseignement (Conservatoire, option de spécialité), les ateliers et les petites formes spectaculaires (Lettres à Louise de Flaubert, La Mastication des morts de Patrick Kermann) inscrivent une forte présence en milieu scolaire tandis que Hernani commence une belle tournée nationale. Le conventionnement avec la DRAC est renouvelé jusqu’en 2016.

Année 2012

C’est le tome II de l’histoire de la compagnie qui s’écrit à présent.

Une résidence de 3 ans à l’Espace Jean Vilar de Revin dans les Ardennes nous ouvre un vaste espace de travail : créations, diffusion, action culturelle. Le Département Théâtre du Conservatoire à Rayonnement Régional de Reims prend un essor considérable sous la direction de Christine Berg ; la compagnie parraine un jeune metteur en scène Léo Cohen-Paperman et l’aide à conduire ses projets dans la région. La création 2012 est un acte fort et refondateur : Hernani de Victor Hugo qui se taille un beau succès au festival d’Avignon et on termine l’année avec une petite forme contemporaine : Laurel et Hardy vont au paradis de Paul Auster. Renaissance.

 

Année 2011

L’année 2011 a été pour la compagnie, marquée d’un deuil terrible : un de nos acteurs fétiches, Vincent Parrot, a été emporté par la maladie. C’est un cataclysme qui nous oblige à refonder le projet et la constitution même de l’équipe. Certains collaborateurs s’éloignent, d’autres arrivent mais il faut du temps, celui du deuil. Le spectacle crée cette année avec Vincent Parrot, Le Moche de Marius von Mayenburg, n’aura pratiquement pas tourné. Les autres spectacles ainsi que les projets de formation assurent le travail de terrain.

Année 2010

La création de cette année est d’une grande originalité pour la compagnie : il s’agit d’une forme scénographique très légère, conçue pour s’installer dans les établissements scolaires mêmes. Ce spectacle s’intitule Lettres à Louise de Gustave Flaubert et sa création au Lycée Talon de Châlons-en-Champagne, à l’occasion d’un projet de résidence, a été un succès total et voit déjà s’annoncer de nombreux lycées et des bibliothèques. Par ailleurs, le conventionnement de la compagnie avec l’Etat est renouvelé pour la 4ème fois et L’Ile des esclaves, programmé par la Région au Festival d’Avignon, affiche complet dès la seconde représentation.

Année 2009

La compagnie termine sa résidence triennale au Théâtre de la Madeleine par une grande comédie populaire : Le Roi nu de Evgueni Schwartz, avec 8 acteurs et un percussionniste. Succès public. Dans la foulée, la compagnie présente Shitz au Théâtre des Quartiers d’Ivry, petite escapade parisienne alors que les spectacles sillonnent le territoire régional et interrégional (Lorraine et Alsace surtout). L’année se termine en Haute-Marne dans le jeune théâtre de Wassy où la compagnie crée L’Ile des esclaves de Marivaux en coproduction avec la Méridienne, Théâtre de Lunéville. Et on trouve aussi le temps de créer des projets originaux (une résidence dans une école primaire des Ardennes) ou de s’investir dans des actions de long terme (Christine Berg se voit confier l’enseignement du théâtre au Conservatoire à Rayonnement Régional de Reims).

Année 2008

Cette année s’ouvre avec une nouvelle création : Des Couteaux dans les poules de David Harrower au Théâtre de la Madeleine et à la Scène Nationale de Châlons-en-Champagne. Le travail de la compagnie en résidence à Troyes s’illustre par une recherche d’élargissement des publics qui prend de multiples formes : stages, Levers de rideaux, création des Bonnetières à partir de témoignages d’anciennes ouvrières de la bonneterie…La Région sélectionne Shitz pour le Festival d’Avignon, reconnaissance précieuse. Le Ministère de la Culture renouvelle sa confiance par un troisième conventionnement.

Année 2007

La compagnie finalise sa résidence en Lorraine par la création de Shitz de Hanokh Levin, coproduit par la Communauté de Communes et La Comédie de Reims. Ces partenaires, à priori plutôt éloignés l’un de l’autre, témoignent de façon flagrante de la volonté de la compagnie d’aller au devant de tous les publics…Dernières dates de tournée (60 en tout) pour L’Intervention de Victor Hugo qui sillonne le département de l’Aube et les petites communes de Seine-et-Marne où la compagnie présentera également Courteline Opérette ; tournée nationale (jusqu’en Suisse…) pour Pygmalion et de pertinents projets d’action culturelle remplissent bien vite le calendrier…

Année 2006

Témoignages importants de confiance : le conventionnement de la compagnie avec le Ministère de la Culture est reconduit pour 3 ans. La Région inscrit Pygmalion dans la programmation de la Caserne des Pompiers au Festival d’Avignon et conventionne la compagnie également pour 3 ans. Le Théâtre de la Madeleine de Troyes accueille ici et maintenant théâtre en résidence durant 3 saisons. La création de l’année 2006 a lieu en Lorraine, à Briey, en coproduction avec la Communauté de Communes du Pays de Briey : Courteline Opérettede Georges Courteline, spectacle chanté qui voyage dès sa création à travers la région.

 

Année 2005

La compagnie acquiert de la maturité…
Les spectacles en tournée Noce, L’Intervention continuent leur chemin.
La création d’une petite forme avec un acteur et un accordéoniste : Stratégie pour deux jambons de Raymond Cousse à Reims, permet d’inscrire au répertoire de la compagnie un autre spectacle léger et facilement transportable (ce spectacle se jouera dans une grange…)
Le projet de création de l’année est pour le mois de décembre : Pygmalion de Bernard Shaw, est crée à Troyes en résidence et coproduction avec le Théâtre de la Madeleine, Scène Conventionnée.

Année 2004

Tandis que les tournées de L’Atelier volant et du Cabaret pour inventer la langue arrivent à leur terme, celle de L’Intervention s’annonce bien, en région et hors région.
En mars à Vitry-le-François et en coproduction avec l’Espace Simone Signoret, Scène Conventionnée, la compagnie crée Noce de Jean-Luc Lagarce, qui se produit également une dizaine de fois en Champagne-Ardenne.
La Région inscrit le spectacle dans la programmation de la Caserne des Pompiers pour le festival d’Avignon 2004.
Beau succès public, les représentations affichent complet au bout de 3 jours ; 129 diffuseurs voient le spectacle, permettant d’envisager une belle tournée.
La fin de l’année s’articule donc entre les dernières dates de L’Atelier volant (crée en 2001 !) la tournée de L’Intervention et celle de Noce.

Année 2003

Cette deuxième année conventionnée est une année de plénitude à la fois dans le fonctionnement interne et dans la reconnaissance publique des spectacles ; L’Atelier volant poursuit sa tournée nationale, Cabaret pour inventer la langue parcourt la Champagne-Ardenne…
Tableau d’une exécution quant à lui, est repris en tournée et à La Comédie de Reims, en attendant le Festival d’Avignon, toujours avec l’aide de la Région.
Malheureusement, les évènements de l’été 2003 en Avignon, grève, annulation, compromettent la tournée de ce spectacle.
Pour terminer l’année, la compagnie crée en novembre à Châlons-en-Champagne dans le cadre de L’Entre-sort/Furies, L’Intervention de Victor Hugo qui tourne dans la foulée à Reims et à Vitry-le-François où la compagnie est en résidence durant la saison 2003/2004.
Le travail d’action culturelle sur le terrain est dense et passionnant, depuis l’Option Théâtre lourde du Lycée Chagall de Reims, confiée à la compagnie cette année, jusqu’aux Brigades d’Interventions Poétiques…

Année 2002

Cette année s’ouvre sous des auspices majeurs.
La compagnie est conventionnée avec le Ministère de la Culture pour trois ans ; elle se voit allouer des bureaux à Châlons-en-Champagne ; l’équipe se complète d’une Chargée des relations publiques, Anne Delépine, ainsi que d’un Chargé de production, Vincent Marcoup.
Du point de vue des spectacles, L’Atelier volant commence sa tournée en Champagne-Ardenne et ailleurs … Cabaret pour inventer la langue commence également à se produire en Champagne-Ardenne et à La Comédie de Reims pour la seconde fois.
La Région propose une nouvelle fois d’inscrire ce spectacle dans la programmation de la Caserne des pompiers en Avignon ce qui représente un atout important et permet de poursuivre les contacts noués en 2001. Le mois d’octobre voit se créer à Ay en résidence un nouveau spectacle : Tableau d’une exécution de Howard Barker, en coproduction avec La Comédie de Reims et la MJC d’Ay.

Année 2001

C’est en février 2001 que se crée le premier spectacle de la compagnie. Il s’agit de L’Atelier volant de Valère Novarina.
La création a lieu en résidence à Châlons en Champagne à la Salle Rive Gauche. Ce premier spectacle est soutenu par la DRAC, l’ORCCA/Conseil Régional de Champagne Ardenne, le Conseil Général de la Marne et la SPEDIDAM dans une coproduction avec le Théâtre du Jard.
Il reçoit dès le début un accueil favorable à la fois du public et des diffuseurs qui se déclarent prêts à le programmer.
La reprise à Reims confirme cet élan et le spectacle est programmé en Avignon à la Caserne des pompiers avec l’aide de la Région Champagne-Ardenne.
Le Festival d’Avignon 2001 est une période très intense pour L’Atelier volant : succès public, presse nationale très positive, très nombreux contacts professionnels et déjà quelques dates à la clef. La rentrée 2001 voit se créer en novembre à Reims Cabaret pour inventer la langue d’après Jean-Pierre Verheggen, Valère Novarina, Guérasim Luca…
Le spectacle voyage dans différents lieux de l’Université de Reims, partenaire de la création, et se joue à La Comédie de Reims durant Les Langagières. Il est bien reçu, la forme légère et ludique du cabaret séduisant à la fois les spectateurs et les acheteurs.