Don Quichotte, Variations sur les personnages de Cervantes

de Juan-Manuel Forton

Mise en scène de Christine BERG

Avec
Christine BERG, Valentin BORAUD, Jacques BOURDAT, Bertrand FOLY - Distribution en cours (1 acteur)

Scénographie
i&mt

Lumières de
Nicolas SOUPLY

Régie
Marion KOECHLIN

Administration
Fabienne CHRISTOPHLE / G.E.F.
Diffusion
Emeline RIBEIRO
Coproduction ici et maintenant théâtre / Grand Théâtre de Calais / Espace Jean Vilar de Revin La compagnie ici et maintenant théâtre est conventionnée avec le Conseil Régional Grand Est et la Ville de Châlons-en-Champagne.

L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche est un roman écrit par Miguel de Cervantes et publié à Madrid en deux parties, en 1605 et 1615.
 
À la fois roman médiéval — un roman de chevalerie — et roman de l'époque moderne alors naissante, le livre est une parodie des mœurs médiévales et de l'idéal chevaleresque, et une critique des structures sociales d'une société espagnole rigide et vécue comme absurde. Don Quichotte est un jalon important de l'histoire littéraire et les interprétations qu'on en donne sont multiples, pur comique, satire sociale, analyse politique. Il est considéré comme l'un des romans les plus importants des littératures espagnole et mondiale.
 
Le personnage est à l'origine de l'archétype du Don Quichotte, personnage généreux et idéaliste qui se pose en redresseur de torts.
 
L’intrigue couvre les aventures d'un pauvre hidalgo  (gentilhomme) de la Manche, dénommé Alonso Quijano, et obsédé par les livres de chevalerie, qu'il collectionne dans sa bibliothèque de façon maladive.
 
Ceux-ci troublent son jugement au point que Quijano se prend un beau jour pour le chevalier errant Don Quichotte, dont la mission est de parcourir l’Espagne pour combattre le mal et protéger les opprimés. Il prend la route, monté sur son vieux cheval Rossinante, et prend pour écuyer un naïf paysan, Sancho Pansa, qui chevauche un âne (Grison dans la version française).
 
Don Quichotte voit dans la moindre auberge un château enchanté, prend les filles de paysans pour de belles princesses et les moulins à vent pour des géants envoyés par de méchants magiciens. Il fait d’une paysanne de son pays, Dulcinée du Toboso, qu’il ne rencontrera jamais, la dame de ses pensées à qui il jure amour et fidélité.
 
Sancho Pansa, dont la principale préoccupation est, comme son nom l’indique, de se remplir la panse, estime que son maître souffre de visions, mais se conforme à sa conception du monde, et entreprend avec lui de briser l’envoûtement dont est victime Dulcinée.
 
illustration Don Quichotte
 
 
Notes de mise en scène
 
Au-delà des épisodes délirants, mais sans les évacuer ni renoncer aux ressorts comiques presque rabelaisiens, le roman de don Quichotte pose quelques questions philosophiques majeures, en un temps où Hamlet lui-même s’interrogeait pareillement. La littérature est-elle un réel, un réel condamnable, désocialisant, contraire à l’ordre, au roi et à Dieu, qui est qui, pourquoi faut-il entretenir soigneusement les mots, où opère l’enchantement du monde, qu’est-ce qui menace l’imaginaire, ou qu’est-ce qui cherche à l’embrigader ? Et qu’est-ce, au bout de la route, que la folie ? Réduire deux mille pages à un spectacle constitue une forte gageure, qui tient de la réduction culinaire, où chaque épisode recomposé doit en contenir dix autres sans perdre le fil de la quête qui conduit le roman et que l’on néglige souvent au profit des épisodes de carte postale. C’est aussi une déclaration d’amour aux illusions des tréteaux, ultime refuge des âmes différentes, et donc une réflexion sur le théâtre. Mais tout cela en préservant ce que l’on nomme le picaresque, le baroque, la langue, l’époustouflant regard porté sur le monde par tous ces personnages dont existent, 
aujourd’hui toujours, les adversaires déclarés, faux enchanteurs et vrais dresseurs. L’humour, certes, fin ou énorme, mais d’abord le jeu comme savent le jouer des enfants perdus avec les cubes de la vie.
Juan-Manuel Forton
 
 
C’est un merveilleux défi qui se présente à nous avec cette œuvre.  
Ce qu’on a appelé parfois le premier roman moderne est donc non seulement la joyeuse farce que l’on croit tous connaître et aussi un formidable hommage aux poètes, aux enchanteurs du monde, aux rêveurs.
Il ne s’agira donc pas pour nous de reprendre une vieille forme plus ou moins médiévale ou un théâtre de tréteaux banal vu et revu.
Il est question d’onirisme ici, du pouvoir des mots, de la littérature qui luttera toujours contre un certain ordre du monde, celui qui range, qui juge du bien-fondé, qui exclut.
5 acteurs se partagent tous les rôles de ce parcours initiatique, quelques éléments symboliques pour représenter cheval ou âne ou moulins, et nous embarquerons pour le voyage, inédit puisqu’il contient tous les livres, exaltant puisqu’il parle d’amour, terrifiant parce que nous nous perdrons dans le temps et cette vieille compagne, la mort, attend son heure.
Comme L’Illusion comique de Corneille qui n’a jamais que 30 ans de plus, Don Quichotte illumine tout le théâtre baroque et nous ouvre les yeux sur les dangers d’un monde d’aujourd’hui formaté et censuré.
Christine Berg
 

l'auteur

n/d

photos


pros

pdf fiche technique

pdf dossier de diffusion

pdf pack photos

© Ici et Maintenant Théâtre 2011 - Web design et développement : Le Studio Elhem - crédit photos : JAC - mentions légales - admin